Archives par étiquette : Education par répartition

Pour une allocation d’autonomie universelle pour les étudiants

Tribune pour Slate, Présidentielle 2017 – 100 propositions de la recherche, le 19 mars 2017, par L. Moulin, D. Flacher et H. Harari-Kermadec.

Augmenter les frais d’inscription aux universités ? Le débat est bien mal posé. Cette idée, proposée par plusieurs candidats à l’élection présidentielle, n’est pas une solution optimale. Tandis qu’une allocation d’autonomie pour les étudiants pourrait être bien plus juste et efficiente.

  • L’allocation individuelle peut être financée par des prélèvements obligatoires, progressifs pour être justes.
  • L’allocation d’autonomie doit donc bénéficier à tous les étudiants, quelque soit leur milieu social d’origine, et être financée par tous.
  • Une allocation universelle d’autonomie de 600 euros par mois (pour les étudiants logés dans leur famille) et de 1000 euros par mois (pour les autres) pourrait être financée par une cotisation patronale supplémentaire de 3,1 points sur la branche «famille».

Lire la proposition complète sur Slate.fr

 

Soutenance d’HDR : Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

Hugo Harari-Kermadec soutiendra son habilitation à diriger des recherches intitulée

Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

soutenue le vendredi 17 juin à 14h à l’Université Lille 1
Jury
  • Florence Jany-Catrice (garante), Professeure, CLERSE, Université Lille 1
  • Christian Bessy (rapporteur), Directeur de recherche, IDHES, ENS Cachan
  • Cédric Durand (rapporteur), Maître de conférences, CEPN, Université Paris 13
  • Sandrine Garcia (rapportrice), Professeure, IREDU, Université de Bourgogne
  • Richard Sobel, Maître de conférences, CLERSE, Université Lille 1
  • Jean-Marie Harribey, Maître de conférences, GREThA, Université Bordeaux
  • Nicolas Vaneecloo, Professeur, CLERSE, Université Lille 1

Continuer la lecture

Sauvons l’Université française !

Tribune de Eric Berr et Léonard Moulin (Economistes atterrés), le 19 février 2016

[…] Dans un environnement toujours plus concurrentiel dans lequel il convient de rechercher l’« excellence », il est de bon ton de dénoncer l’« archaïsme » et l’« inadéquation » de la formation universitaire et de promouvoir une gestion managériale des universités afin de les rendre rentables. […] Pour faire accepter un système que la communauté universitaire rejette dans sa grande majorité, une gouvernance par la peur s’installe qui utilise la « crise » pour organiser la précarisation des personnels et s’assurer une plus grande docilité. Aujourd’hui, un chercheur et un enseignant-chercheur sur deux est un précaire. Et, contrairement à la propagande officielle, la précarisation, promue comme « flexibilisation » d’un système trop rigide, est la condition du délabrement des universités (et non sa cause).

Face au désengagement de l’État et en dépit de toutes les dénégations actuelles, la voie empruntée condamne l’étudiant-client à prendre à sa charge une part toujours plus importante du coût de sa formation. Ainsi, face à la crise sans précédent que connaît l’Université française, des voix s’élèvent pour réclamer une augmentation des frais d’inscription, à l’instar des dérogations déjà accordées à l’Université Paris-Dauphine, aux Écoles des Mines et à celles des Telecom ou, plus récemment, à l’École Polytechnique et à la Toulouse School of Economics. Capable de répondre à tous les maux de l’Université, les frais d’inscription permettraient de rendre le système plus équitable, de motiver les étudiants et de répondre aux besoins de financement des établissements. Il suffit de s’intéresser au cas de l’Université Paris-Dauphine pour se rendre compte que ces frais, qui sont générateurs de mécanismes de ségrégation sociale entre étudiants, ne permettent pas de rendre les étudiants mieux formés. Quant à la couverture des besoins de financement supposément induite par de tels frais, il suffit de regarder ce qui se passe dans les pays qui ont introduit des frais d’inscription élevés pour se rendre compte que leur augmentation s’est partout et toujours accompagnée d’une baisse significative des dépenses publiques. Ces frais d’inscription ont par ailleurs des effets dramatiques sur l’enseignement puisqu’ils conduisent à analyser les relations entre étudiants et universités comme des relations de clients à fournisseurs, transformant de facto la nature même de l’éducation.

Lire la suite sur le site des économistes atterrés

Doit-on faire les frais des droits d’inscription ?

Léonard Moulin, La vie des idées, 1er septembre 2015.

« Faut-il considérer l’éducation comme un bien privé financé par les contributions individuelles, ou au contraire comme un bien public financé par la collectivité ? Alors qu’émerge un grand marché de l’éducation, en partie mondialisé, qui conduit de nombreux pays à faire participer les étudiants au coût de leur scolarité, Léonard Moulin s’intéresse aux différents schémas de financement des études à l’étranger. »

 

Séances 2013-2014

Première partie 2013, au CEPN, Université Paris 13, à 12h45.

————————

Deuxième partie, à l’IDHES, salle Pollack (bat. Laplace), à 12h45.

Faut-il (vraiment) augmenter les frais d’inscription à l’université ?

David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin, Revue Française d’économie, 2012, vol. 27, n°3, pp. 145-183.

Cet article propose une analyse des arguments couramment avancés en faveur des frais d’inscription : i) l’iniquité du système français ; ii) l’efficience des frais comme outil pour sélectionner, orienter et inciter à l’effort ; iii) le financement de l’université. Nous défendons la thèse selon laquelle ces frais peuvent conduire de potentiels étudiants à renoncer à leurs études, à modifier l’orientation qui aurait été la leur en l’absence de frais ou encore à modifier leur comportement sur le marché du travail sous le poids de la dette. Nous montrons que les frais ne garantissent ni l’équité, ni un fonctionnement efficient du système d’enseignement supérieur, ni un accroissement des ressources des établissements.

Education par capitalisation ou éducation par répartition, Terra nova n’a pas choisi

Tribune parue dans Le Monde, 6 septembre 2011

A la veille de la rentrée universitaire, Terra Nova nous livre contribution foisonnante. Comme beaucoup, nous adhérons à certaines de leurs propositions (l’intégration des classes préparatoires au sein des universités, par exemple). Mais c’est à deux d’entre elles, qui renvoient à de véritables choix de société, que nous nous proposons de répondre. La première concerne le relèvement des frais d’inscription (triplement des droits d’inscription en licence et quadruplement en master et en doctorat). La seconde concerne la création d’une allocation d’autonomie pour les étudiants (500 euros mensuels pendant une durée de 50 mois). Continuer la lecture

Contributory Education Scheme: Theoretical Basis and Application

D. Flacher, H. Harari-Kermadec and Léonard Moulin in Antonio Caparrós Ruiz (eds.), Investigaciones de Economia de la Educacion, vol. 6 n°6, p. 495-502.

After a short criticism of the “self-funded education scheme” which is widely implemented in the world and often based on tuition fees, this article develops theoretical basis for a “contributory education scheme”. This model is characterised 1) by a universal access for students to grants allowing them to take charge of themselves during their higher education curriculum; and 2) by a funding regime relying in particular on the population that has benefited from grants, once studies are finished. The article first points out the limits of the self-funded education scheme. Then, it discusses the analogies and differences with pension systems implemented in countries like France. We derive theoretical motivations in favour of a contributory education scheme: The equity of access to higher education, the incentives for students and university to be efficient, as well as the contributory equity are discussed. The article proposes finally to assess, for France, the cost and the options concerning the transformation of the tax system that would be needed for funding such a reform. Beyond the individual income, variables like the degree obtained by the student are taken into account in our assessment. The conclusion draws research perspectives concerning the theoretical dimensions and the transition such a reform concretely implies.

Full text freely available here : http://repec.economicsofeducation.com/2011malaga/06-30.pdf