Archives par étiquette : Education par capitalisation

Etudiants, l’avenir à crédit (Documentaire, Arte)

Documentaire de Jean-Robert Viallet réalisé en 2015, avec le concours scientifique de l’équipe ACIDES. Première diffusion : mardi 16 mai 2017 à 20h50.

Projection le mardi 14 novembre à Tolbiac (Université Paris 1).

Sous l’effet de la compétition internationale, les universités se transforment en de gigantesques entreprises. Une enquête aussi éclairante qu’inquiétante sur un phénomène émergent en Europe.

Compétitivité, marketing ou retour sur investissement sont des termes qui circulent désormais dans les couloirs feutrés des grandes universités. De Shanghai à New York en passant par Paris et Berlin, la transmission des connaissances devient une marchandise, dans le sillage de « l’économie du savoir », une doctrine érigée à la fin des années 1990 par les instances financières internationales – OCDE et Banque mondiale en tête. L’enseignement supérieur, reconnu comme un moteur de productivité et de croissance économique, doit se mettre au service du développement des pays. Victimes de ce nouveau système, les étudiants sont contraints d’investir pour apprendre. Ils s’acquittent de frais d’inscription de plus en plus élevés, et s’appauvrissent avant même d’entrer dans la vie active. Aux États-Unis, la dette étudiante a dépassé le coût du logement et de la santé, menaçant l’économie nationale. Les jeunes Européens suivront-ils la même voie ? Si certains pays d’Europe du Nord résistent à cette commercialisation du savoir, considérant l’éducation comme un acquis social, d’autres s’inspirent de plus en plus du modèle anglo-saxon. En France, les établissements les plus prestigieux, comme Sciences-Po et Paris-Dauphine, se sont déjà engagés sur le chemin du payant.

À bout de souffle

Étayé par des chiffres effarants, ce documentaire fouillé dresse un état des lieux de la mutation des universités du monde entier. Des États-Unis jusqu’à la Chine, nouvel eldorado de l’enseignement supérieur mondial, le réalisateur pointe les dérives de la marchandisation du savoir en partant à la rencontre d’étudiants étouffés par leurs crédits et terrifiés par l’avenir.

Pour une allocation d’autonomie universelle pour les étudiants

Tribune pour Slate, Présidentielle 2017 – 100 propositions de la recherche, le 19 mars 2017, par L. Moulin, D. Flacher et H. Harari-Kermadec.

Augmenter les frais d’inscription aux universités ? Le débat est bien mal posé. Cette idée, proposée par plusieurs candidats à l’élection présidentielle, n’est pas une solution optimale. Tandis qu’une allocation d’autonomie pour les étudiants pourrait être bien plus juste et efficiente.

  • L’allocation individuelle peut être financée par des prélèvements obligatoires, progressifs pour être justes.
  • L’allocation d’autonomie doit donc bénéficier à tous les étudiants, quelque soit leur milieu social d’origine, et être financée par tous.
  • Une allocation universelle d’autonomie de 600 euros par mois (pour les étudiants logés dans leur famille) et de 1000 euros par mois (pour les autres) pourrait être financée par une cotisation patronale supplémentaire de 3,1 points sur la branche «famille».

Lire la proposition complète sur Slate.fr

 

Sauvons l’Université française !

Tribune de Eric Berr et Léonard Moulin (Economistes atterrés), le 19 février 2016

[…] Dans un environnement toujours plus concurrentiel dans lequel il convient de rechercher l’« excellence », il est de bon ton de dénoncer l’« archaïsme » et l’« inadéquation » de la formation universitaire et de promouvoir une gestion managériale des universités afin de les rendre rentables. […] Pour faire accepter un système que la communauté universitaire rejette dans sa grande majorité, une gouvernance par la peur s’installe qui utilise la « crise » pour organiser la précarisation des personnels et s’assurer une plus grande docilité. Aujourd’hui, un chercheur et un enseignant-chercheur sur deux est un précaire. Et, contrairement à la propagande officielle, la précarisation, promue comme « flexibilisation » d’un système trop rigide, est la condition du délabrement des universités (et non sa cause).

Face au désengagement de l’État et en dépit de toutes les dénégations actuelles, la voie empruntée condamne l’étudiant-client à prendre à sa charge une part toujours plus importante du coût de sa formation. Ainsi, face à la crise sans précédent que connaît l’Université française, des voix s’élèvent pour réclamer une augmentation des frais d’inscription, à l’instar des dérogations déjà accordées à l’Université Paris-Dauphine, aux Écoles des Mines et à celles des Telecom ou, plus récemment, à l’École Polytechnique et à la Toulouse School of Economics. Capable de répondre à tous les maux de l’Université, les frais d’inscription permettraient de rendre le système plus équitable, de motiver les étudiants et de répondre aux besoins de financement des établissements. Il suffit de s’intéresser au cas de l’Université Paris-Dauphine pour se rendre compte que ces frais, qui sont générateurs de mécanismes de ségrégation sociale entre étudiants, ne permettent pas de rendre les étudiants mieux formés. Quant à la couverture des besoins de financement supposément induite par de tels frais, il suffit de regarder ce qui se passe dans les pays qui ont introduit des frais d’inscription élevés pour se rendre compte que leur augmentation s’est partout et toujours accompagnée d’une baisse significative des dépenses publiques. Ces frais d’inscription ont par ailleurs des effets dramatiques sur l’enseignement puisqu’ils conduisent à analyser les relations entre étudiants et universités comme des relations de clients à fournisseurs, transformant de facto la nature même de l’éducation.

Lire la suite sur le site des économistes atterrés

Trajectoires dans l’enseignement supérieur et frais de scolarité

Séminaire ACIDES du 6 novembre, Léonard Moulin (CEPN, Université Paris XIII et CNRS).

ATER au CEPN, Léonard Moulin a écrit une thèse sur les frais d’inscription sous la direction de David Flacer et Hugo Harari-Kermadec, distinguée par les prix de l’OVE et de l’AES.

Doit-on faire les frais des droits d’inscription ?

Léonard Moulin, La vie des idées, 1er septembre 2015.

« Faut-il considérer l’éducation comme un bien privé financé par les contributions individuelles, ou au contraire comme un bien public financé par la collectivité ? Alors qu’émerge un grand marché de l’éducation, en partie mondialisé, qui conduit de nombreux pays à faire participer les étudiants au coût de leur scolarité, Léonard Moulin s’intéresse aux différents schémas de financement des études à l’étranger. »

 

Une hausse des frais d’inscription en France est-elle inéluctable ou même simplement souhaitable ?

Léonard Moulin, Savoir/Agir, 2014, vol. 29, pp. 43-50.

Alors  que  les  travaux  théoriques publiés  en  économie  semblent  converger sur  l’opportunité  de  relever  les  frais d’inscription en France, cet article apporte des éléments pour un débat contradictoire. Léonard Moulin démontre que les frais d’inscription ne permettent ni l’équité, ni l’efficacité des formations, ni leur subsistance financière.

Faut-il (vraiment) augmenter les frais d’inscription à l’université ?

David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin, Revue Française d’économie, 2012, vol. 27, n°3, pp. 145-183.

Cet article propose une analyse des arguments couramment avancés en faveur des frais d’inscription : i) l’iniquité du système français ; ii) l’efficience des frais comme outil pour sélectionner, orienter et inciter à l’effort ; iii) le financement de l’université. Nous défendons la thèse selon laquelle ces frais peuvent conduire de potentiels étudiants à renoncer à leurs études, à modifier l’orientation qui aurait été la leur en l’absence de frais ou encore à modifier leur comportement sur le marché du travail sous le poids de la dette. Nous montrons que les frais ne garantissent ni l’équité, ni un fonctionnement efficient du système d’enseignement supérieur, ni un accroissement des ressources des établissements.

Education par capitalisation ou éducation par répartition, Terra nova n’a pas choisi

Tribune parue dans Le Monde, 6 septembre 2011

A la veille de la rentrée universitaire, Terra Nova nous livre contribution foisonnante. Comme beaucoup, nous adhérons à certaines de leurs propositions (l’intégration des classes préparatoires au sein des universités, par exemple). Mais c’est à deux d’entre elles, qui renvoient à de véritables choix de société, que nous nous proposons de répondre. La première concerne le relèvement des frais d’inscription (triplement des droits d’inscription en licence et quadruplement en master et en doctorat). La seconde concerne la création d’une allocation d’autonomie pour les étudiants (500 euros mensuels pendant une durée de 50 mois). Continuer la lecture