Archives de catégorie : Séminaire

Transatlantic moves to the market. The US and the EU

January 16th 2018, 18h30 at ENS Paris Saclay, Amphi Curie by Sheila Slaughter, Institute of higher education, University of Georgia.

Sheila Slaughter is the author of Academic capitalism and the New Economy: Markets, State and Higher Education with Gary Rhoades. She investigates the relationship between knowledge and power as it plays out in higher education policy at the state, federal, and global levels.

How elite private research universities organize resources for science

January 15th 2018, MSH Paris Nord (M° Front Populaire) 9h, Auditorium, by Sheila Slaughter, Institute of higher education, University of Georgia.

Sheila Slaughter is the author of Academic capitalism and the New Economy: Markets, State and Higher Education with Gary Rhoades. She investigates the relationship between knowledge and power as it plays out in higher education policy at the state, federal, and global levels.

L’autonomie universitaire à travers l’histoire occidentale et la différentiation des universités à l’heure de la marchandisation

La prochaine séance du séminaire MobElites aura lieu le 30 janvier de 14h à 16h au CEPED, Université Paris 5.

Cécilia Rikap, post-doctorante de l’IFRIS, présentera sa thèse de doctorat soutenue à l’Université de Buenos Aires, Argentine, et intituléee « L’autonomie universitaire à travers l’histoire occidentale et la différentiation des universités à l’heure de la marchandisation ».

Universities’ direct subordination to capital’s accumulation

Séminaire ACIDES du 16 janvier 2018, Cecilia Rikap (Université de Buenos Aires et IFRIS) et Hugo Harari-Kermadec (IDHES, ENS Cachan)

It was not until recently that universities became direct participants of capital’s accumulation processes, even if they had historically contributed to the reproduction of capitalism. Our aim in this article is precisely to contribute to acknowledge this transformation by further developing a theoretical explanation integrated to a Marxist analysis of today capitalism. In particular, following Levín (1997), we distinguish that a portion of world’s social capital has monopolized the capacity to plan and profit from innovation. The wide gap between capitals’ innovation capacity leaves those non-innovative with no other option but to accept being dominated and planned. It is in this context that we will suggest that universities’ integrate to direct capital’s accumulation structures. To do so, we will conceptually distinguish two successive transformations of universities: 1) the internal transformation of academic labor, adapting itself towards capitalist production processes, and 2) their adoption of capital enterprises’ characteristics resulting in exchanges of their products (teaching and research results), including the different bargaining power they have to decide the conditions of those exchanges. Considering the latter, we argue that universities’ adoption of capital enterprises’ characteristics can be better understood as a differentiated process. We suggest three types of differentiated market-university, according to the different capital enterprises in Levín’s (1997) typology. Our concluding remarks refer to a further research and political agenda triggered by the general framework developed throughout the article.

L’effet performatif des classements universitaires : la polarisation sociale des universités françaises

Romain Avouac (ACIDES – IDHES, ENS Paris-Saclay)  présentera son mémoire sur la polarisation sociale du système universitaire le 8 décembre 2017 dans le cadre du séminaire quantitativisme réflexif.

Les classements de type Shanghai participent-ils à segmenter le paysage de l’enseignement supérieur ? A partir de la base exhaustive des inscriptions universitaires en France, Romain Avouac étudie dans quelle mesure on observe une polarisation du système universitaire français en termes de caractéristiques (origine sociale, série du bac, etc.) des différents publics qui fréquentent ces établissements. Il apparaît que les classements reflètent largement la composition sociale initiale des établissements, qu’ils contribuent ensuite à polariser. On observe une stabilisation dans les années récentes.

Le mémoire (en anglais) est disponible ici

 

Les pratiques d’enseignement des enseignants-chercheurs à l’université. Intrication des tâches et variations disciplinaires

Séminaire ACIDES du 27 mars 2017, Emilie Saunier (ELLIADD, Université de Franche-Comté) et Mathias Millet (CITERES, Université de Tours)

Les évolutions récentes de l’enseignement supérieur japonais

Séminaire ACIDES du 20 mars 2017, Stéphane Heim (Kyoto University)

En juin 2015, le Ministère Japonais de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie (MEXT) diffuse une note publique dans laquelle il est stipulé que certaines « abolitions » de Facultés de Sciences Humaines et Sociales (SHS), prises aux sens très large, sont à envisager dans les établissements publics. Cette note a créé un emballement médiatique quant à la contribution de ces disciplines à l’effort économique national. Cette communication vise à se demander s’il y a véritablement un problème SHS au Japon, ou si cela ne cache pas d’autres dysfonctionnements structurels propres à l’enseignement supérieur japonais ? Nous verrons, en nous penchant sur l’histoire de l’enseignement supérieur japonais depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, que plusieurs politiques tantôt néolibérales, tantôt à visée de centralisation bureaucratique, ont créé les soubassements de problèmes structurels avec plus de 800 établissements d’enseignement supérieur pour des effectifs étudiants comparables à ceux en France, et qui dépassent de loin la seule question des SHS dans les universités nationales. Plus important, nous analyserons le contexte politique d’un ensemble de mesures prises depuis les années 2000 et leur impact sur la gouvernance des universités nationales.

Document :

La contribution des économistes domestiques à l’économie de la famille et de la consommation, 1912-1929

Séminaire ACIDES du 20 mars 2017, Agnès Le Tollec (STEF, ENS Paris-Saclay)

Doctorante au laboratoire STEF de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan sous la direction de Ph. Fontaine.

Séances 2016-2017

Séminaire déjeuner, le lundi de 12h45 à 14h30, ENS Cachan

Genre et travail des universitaires

Séminaire ACIDES du 27 novembre, Alban Jacquemart (CEE et CMH).

 

L’école 42 : un modèle pédagogique innovant

Séminaire ACIDES du 20 novembre, Tiphaine Liu.

Doctorante au laboratoire STEF de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan depuis janvier 2014, sa thèse s’intitule Les écoles d’ingénieurs: entre tradition et innovation, direction E. Bruillard, ENS Cachan et J.Audran, INSA Strasbourg.

 

Trajectoires dans l’enseignement supérieur et frais de scolarité

Séminaire ACIDES du 6 novembre, Léonard Moulin (CEPN, Université Paris XIII et CNRS).

ATER au CEPN, Léonard Moulin a écrit une thèse sur les frais d’inscription sous la direction de David Flacer et Hugo Harari-Kermadec, distinguée par les prix de l’OVE et de l’AES.

Séances 2015-2016

Séminaire déjeuner, 12h45 à 14h30, salle Pollak, ENS Cachan (bât. Laplace, 2e étage)

Le séminaire 2015-2016 est organisé par Serge Benest, Hugo Harari-Kermadec, Agnès Le Tollec et Tiphaine Liu (laboratoires STEF et IDHES, IF2S – ENS Cachan).