Archives de catégorie : Publications

Course aux diplômes : qui sont les perdants ?

ouvrage de Séverine Chauvel, Textuel, octobre 2016

Que valent les diplômes quand explosent les effectifs des diplômés ?

Il va aujourd’hui de soi que les plus diplômés sont les mieux protégés contre le chômage. Les politiques d’éducation ont de leur côté favorisé une augmentation spectaculaire du nombre des bacheliers et des étudiants.
Cet ouvrage analyse les impensés et les effets paradoxaux de ces investissements scolaires : que valent les titres scolaires quand explosent les effectifs des diplômés ? Quelles sont les nouvelles concurrences entre établissements scolaires et universitaires ? Comment les discriminations impactent-elles la valeur des diplômes ? L’école ne doit-elle que préparer à l’entrée sur le monde du travail ?

Arrêtons les frais !

Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur

couv_arretonsSéverine Chauvel, Pierre Clément, David Flacher, Hugo Harari-Kermadec, Sabina Issehnane, Léonard Moulin, Ugo Palheta – Editions Raisons d’agir, 2015, 8€.

Présentation de l’éditeur :

Alors que dans les pays anglo-saxons, les frais d’inscription à l’université ne cessent d’augmenter au point de représenter l’une des principales sources d’endettement des étudiants et de leurs familles, ils constituent l’espoir secret d’universités françaises exsangues. Ce livre montre que s’engager ainsi dans la voie de la financiarisation de l’enseignement supérieur ne permet ni d’augmenter les ressources des universités ni de rendre leur financement plus juste.
Cela conduit au contraire à une explosion du coût des études, à une subordination des choix d’orientation à la logique marchande et à un accroissement considérable des inégalités entre étudiants, filières et établissements. Refusant la fatalité, ce livre montre qu’un autre modèle de financement des universités est possible. Plus juste et plus efficace, il garantirait également l’autonomie réelle du monde universitaire, conçue non pas comme un privilège indu mais comme la condition de sa capacité à défendre la connaissance et la citoyenneté, sans lesquelles innovation et progrès social ne peuvent exister.

L’introduction est accessible librement sur www.contretemps.eu

On en parle :

Présentations :

  • à Sciences Po, 28 rue des Saint-Pères, 27 janvier 2016 à 19h avec Niall Reddy (militant sud-africain du Democratic Left Front).cafe-paris-ecole-argent-c77a7
  • au café sciences sociales, 60 rue des écoles, le 14 janvier 2016 à 18h30, avec l’APSES et Alternatives économiques.
  • à Lille-3, Roubaix, mardi 15 décembre à 15h30.
  • à la librairie Terre des livres, 86, rue de Marseille – Lyon 7e, à l’automne.
  • à l’Université d’été du NPA, en vidéo.
  • au séminaire « Conventions », Université Paris Ouest Nanterre La Défense, EconomiX, Vendredi 26 juin 2015, 14h, Salle G 512 ; Discussion avec François Sarfati du Cendre d’études de l’emploi.conférence arrêtons les frais
  • à la 9ième matinale de l’IFRIS, le 29 juin à 9h, au CNAM – amphi Gaston Planté ; discussion avec Gabriel Nadeau-Dubois, ancien co-porte-parole de la CLASSE, au rôle majeur dans l’opposition victorieuse à la hausse des frais au Québec en 2012. Vidéo ici.
  • à l’invitation de Terra-Nova Dauphine, à Paris, le 8 juin à 19h30
  • à Sciences Po Lille, le 21 avril à 18h, amphi B
  • à la Sorbonne, le 16 avril, à 18h30, amphi Descartes
  • à l’Université Lille 1, le 15 avril à 17h30, amphi SUP 14
  • au congrès de l’UNEF, à Nantes, le 11 avril.
  • à l’EHESS le 2 février1429363230

Le rôle de la quantification dans le processus de marchandisation de l’université. Étude de cas d’une université anglaise

Quantification in the Higher Education Marketisation Process. Case Study of an English University

Elsa BOULET, Hugo HARARI-KERMADEC, Politiques et Management Public, 31(4), pp.405-420, 2014.

RÉSUMÉ

Dans le processus de marchandisation du secteur universitaire, à l’œuvre en Europe depuis le début des années 1980, la quantification joue un rôle central, en établissant des équivalences et des hiérarchies (classements) : elle permet de traiter des universités, des formations ou encore des chercheurs(euses) comme des éléments interchangeables dont la valeur n’est pas intrinsèque mais est déterminée par le rapport de l’offre et de la demande. En nous appuyant sur l’étude de cas d’une université anglaise, nous voulons montrer ici comment marchandisation et quantification vont de pair. Nous montrerons comment les chiffres sont mobilisés par l’État et par la direction de l’université étudiée pour transformer l’enseignement et la recherche en éléments interchangeables, réductibles à un seul ou un très petit nombre de critères pertinents ; et pour donner corps à cette réduction en orientant les pratiques des universitaires. Le caractère performatif de la quantification est ainsi utilisé comme un outil de transformation de la réalité sociale, avec pour finalité la mise en marché du secteur universitaire.

ABSTRACT

In the higher education marketisation process that has been taking place since the early 1980s, quantification plays a central part by establishing equivalences and hierarchies (rankings) : quantification makes it possible to consider that HEIs, courses and even academics are interchangeable and have no intrinsic value but a only a relative value determined by supply and demand. Drawing on the case study of an English university we argue that quantification goes along with marketisation. We show that the State and the university management use numbers in order to transform education and research into substitutable elements that are reducible to a single or a small number of relevant criteria. This transformation is implemented through the steering of academics’ practices. The performative character of quantification is used as a tool for transforming social reality and for marketising the Higher Education sector.

 Article complet (abonnés PMP).

Le document de travail

On « Academic Capitalism » of R. Münch.

Review by L. Moulin published in Laboratorium : Russian Review of Social Research, vol. 6, n°3, 2014, pp. 154-156.

Richard Münch. Academic Capitalism: Universities in the Global Struggle for Excellence. New York: Routledge, 2013. 314 pp. ISBN 978-0-415-84014-9.

This book by Richard Münch, professor emeritus at the University of Bamberg, Germany, proposes a sociological analysis of academic capitalism and the rise of the “entrepreneurial university” that places the logic of business at the heart of its organization. Government policies, also known as New Public Management, that since the 1980s have imported ingredients from the private into the public sector in order to improve efficiency, produce an asymmetry between the increasing number of fund seekers and a smaller number of suppliers. They also lead to intense oligopolistic competition among universities, which overlays the competition among researchers for knowledge and their recognition by the scientific community. The intrusion of economic logic into the academic field leads researchers to compete for reputation and entrepreneurial universities to accumulate capital via competition for positions in the rankings.

Le rôle des palmarès et classements, ou comment les étudiant.e.s en Licence 3 de Gestion à Paris-Dauphine évaluent leur formation

Séverine Chauvel et Pierre Clément, Savoir/Agir, 2014, vol. 29, pp. 43-50.

Séverine Chauvel et Pierre Clément interrogent la rationalité supposée des parcours étudiants et les logiques linéaires des parcours explicitement inscrites dans l’expression-même du « continuum bac-3 – bac+3 », porté par la loi Fioraso. En effet, les auteurs montrent le poids des dispositions scolaires et sociales dans des choix d’études toujours en mouvement, et qui ne peuvent être réduits à des projets professionnels figés.

Une hausse des frais d’inscription en France est-elle inéluctable ou même simplement souhaitable ?

Léonard Moulin, Savoir/Agir, 2014, vol. 29, pp. 43-50.

Alors  que  les  travaux  théoriques publiés  en  économie  semblent  converger sur  l’opportunité  de  relever  les  frais d’inscription en France, cet article apporte des éléments pour un débat contradictoire. Léonard Moulin démontre que les frais d’inscription ne permettent ni l’équité, ni l’efficacité des formations, ni leur subsistance financière.

Frais d’inscription et parcours des étudiants dans l’enseignement supérieur

S. Chauvel, P. Clément, D. Flacher, H. Harari-Kermadec, S. Issehnane, L. Moulin et U. Palheta, « Réussite scolaire, réussite professionnelle, l’apport des données longitudinales », RELIEF – CEREQ, 2014, no 48, pp. 139-151.

En France, l’université Paris 9 Dauphine est la première à bénéficier du statut de grand établissement, statut lui permettant de tarifer librement une partie de ses diplômes. En 2010/2011, première année d’introduction des frais d’inscription, les étudiants inscrits en master 2 de grand établissement devaient s’acquitter d’une somme comprise entre 0 (si le revenu brut global annuel est inférieur à 40 000 euros) et 4 000 euros par an (si ce dernier excédait 80 000 euros). Le montant maximal a été relevé à 5 940 euros pour l’année universitaire 2014/2015.

[…]

Les travaux, principalement sociologiques, sur le supérieur sont récents et peu nombreux (Orange, 2011 ; Lindbom et Van Zanten, 2012). Les travaux de Moulin et al. (2013), en utilisant une méthode d’appariement optimal sur données longitudinales, ont mis en avant le fait que l’introduction de frais d’inscription à Dauphine conduit cette université à sélectionner des étudiants ayant des parcours différents et, ce faisant, accentue les phénomènes de ségrégation sociale. Dès lors, il convient de situer les caractéristiques de ces étudiants, ainsi que leurs trajectoires par rapport aux caractéristiques et parcours d’autres étudiants des mêmes filières. Une telle approche permettra alors de voir si ces résultats sont généralisables ou si les effets mis en avant par Moulin et al. (2013) sont imputables aux caractéristiques et trajectoires particulières des étudiants de Dauphine. L’objectif que nous poursuivons donc dans cet article est d’étudier plus finement les déterminants des choix d’orientation au fil du parcours universitaire et d’analyser si les trajectoires des étudiants de Dauphine diffèrent de celles des étudiants d’autres établissements universitaires. Pour ce faire, nous allons étudier les caractéristiques et parcours des étudiants de licence 3 dans trois universités : l’université Paris 9 Dauphine, l’université Paris 13 Villetaneuse et l’université Lille 1.

Engagement décennal ou endettement étudiant ? Les bi-admis ENS Cachan/HEC face au choix de leur école et de leur carrière

Morgane Le Breton (ENS Cachan) et Hugo Harari-Kermadec (IDHES, ENS Cachan), Revue française de pédagogie, 2013, vol. 184, p. 69-80.

Getting into debt or getting paid. How elite students in business administration choose their academic and carrier paths.

Résumé : Dans un contexte de mise en concurrence internationale des grands établissements universitaires, l’instauration ou le relèvement des frais de scolarité semble être une évolution inéluctable. Les Écoles normales supérieures (ENS), avec leurs élèves fonctionnaires, apparaissent singulières. Dans cet article, nous étudions comment le coût des études intervient dans les choix des étudiants. Une série d’entretiens semi-directifs menés auprès d’étudiants admis à la fois à l’ENS Cachan et à l’École des hautes études commerciales de Paris (HEC) à l’issue de classes préparatoires commerciales nous permet d’appuyer et d’illustrer nos analyses sur une population pour laquelle l’accès au crédit est assuré. Nous nous intéressons en particulier à ce qui se joue, au-delà de l’aspect purement économique, dans les représentations que se font les étudiants de leurs études. Nous montrons que la question du coût interfère fortement avec celle des débouchés, une interaction anticipée par les étudiants au moment de leur choix de parcours dans l’enseignement supérieur. Dès lors, la perspective d’un emploi fortement rémunérateur imposé par l’endettement étudiant peut-elle apparaître pour certains comme une contrainte bien plus lourde qu’un engagement décennal signé avec l’État ?

Abstract: Owing to the international competition between colleges, tuition fees keep rising. Whereas the top French business school HEC (École des hautes études commerciales de Paris) leads this trend in France, the Écoles normales supérieures (ENS) is unique in that its students are paid as civil servants. This article tackles how the cost of studies plays a part in students’ choices. To deal with this question, we have conducted several semi-structured interviews with successful candidates at both HEC and ENS Cachan following their economics and business preparatory classes.

Hence we look beyond economic analysis and study students’ own portrayals of their studies. Typically, the cost of studies is strongly linked to job market prospects after graduation, as predicted by students when choosing their school. Therefore, the prospect of a lucrative job required due to heavy student debt may be considered a less attractive option than the ten-year commitment signed with the French state.

Faut-il (vraiment) augmenter les frais d’inscription à l’université ?

David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin, Revue Française d’économie, 2012, vol. 27, n°3, pp. 145-183.

Cet article propose une analyse des arguments couramment avancés en faveur des frais d’inscription : i) l’iniquité du système français ; ii) l’efficience des frais comme outil pour sélectionner, orienter et inciter à l’effort ; iii) le financement de l’université. Nous défendons la thèse selon laquelle ces frais peuvent conduire de potentiels étudiants à renoncer à leurs études, à modifier l’orientation qui aurait été la leur en l’absence de frais ou encore à modifier leur comportement sur le marché du travail sous le poids de la dette. Nous montrons que les frais ne garantissent ni l’équité, ni un fonctionnement efficient du système d’enseignement supérieur, ni un accroissement des ressources des établissements.

Tuition fees, self-esteem and social heterogeneity

David Flacher et Hugo Harari-Kermadec, Education Economics review, n°622, 2011.

Modelling students’ behaviour in relation to tuition fees is a complex task since students’ ‘talent’ is not common knowledge. Students observe a private noisy signal of their abilities, while university receives noisy information based on the quantitative and qualitative data provided by university applicants. In this article, we add the heterogeneity of the population to this model: we assume that this heterogeneity means that the perception of skills among a part of the population is biased and underestimates the capabilities of its members to succeed in the higher education system. Our conclusions differ from those derived in the literature and show in particular that the optimal tuition fees for a given number of students are lower than those obtained for a homogeneous population.

Working paper available on HAL.

Contributory Education Scheme: Theoretical Basis and Application

D. Flacher, H. Harari-Kermadec and Léonard Moulin in Antonio Caparrós Ruiz (eds.), Investigaciones de Economia de la Educacion, vol. 6 n°6, p. 495-502.

After a short criticism of the “self-funded education scheme” which is widely implemented in the world and often based on tuition fees, this article develops theoretical basis for a “contributory education scheme”. This model is characterised 1) by a universal access for students to grants allowing them to take charge of themselves during their higher education curriculum; and 2) by a funding regime relying in particular on the population that has benefited from grants, once studies are finished. The article first points out the limits of the self-funded education scheme. Then, it discusses the analogies and differences with pension systems implemented in countries like France. We derive theoretical motivations in favour of a contributory education scheme: The equity of access to higher education, the incentives for students and university to be efficient, as well as the contributory equity are discussed. The article proposes finally to assess, for France, the cost and the options concerning the transformation of the tax system that would be needed for funding such a reform. Beyond the individual income, variables like the degree obtained by the student are taken into account in our assessment. The conclusion draws research perspectives concerning the theoretical dimensions and the transition such a reform concretely implies.

Full text freely available here : http://repec.economicsofeducation.com/2011malaga/06-30.pdf