Archives de l’auteur : Hugo Harari-Kermadec

l’Université saisie par le néolibéralisme, entre marchandisation et résistances

Dossier sur Contretemps.eu

L’Université est au cœur du processus de marchandisation néolibérale, au moins depuis le début des années 2000. Mise en concurrence des équipes de recherche, mise en marché de l’enseignement supérieur, libéralisation ou augmentation des frais d’inscription, développement des établissements privés, introduction de logiques commerciales et d’acteurs capitalistes… la marchandisation prend plusieurs formes et transforme les conditions de travail et d’existence des universitaires, des personnels administratifs et techniques, mais aussi des étudiant·e·s. Si les mobilisations ont été nombreuses – en France comme ailleurs (Chili, Québec, etc.) –, avec plus de défaites que de victoires, ces résistances ont contribué à former une jeunesse fortement mobilisée contre le capitalisme néolibéral et ont posé les jalons d’un projet d’Université – libérée des impératifs marchands, gratuite et émancipatrice.

Que faire de l’Université ?

 

La mise en marché de l’enseignement supérieur et de la recherche

 

Autour du mouvement contre la LRU

 

Entretiens

 

Lectures

Etudiants, l’avenir à crédit (Documentaire, Arte)

Documentaire de Jean-Robert Viallet réalisé en 2015, avec le concours scientifique de l’équipe ACIDES. Diffusion : mardi 16 mai 2017 à 20h50. A revoir en ligne jusqu’au 15 juillet 2017.

Sous l’effet de la compétition internationale, les universités se transforment en de gigantesques entreprises. Une enquête aussi éclairante qu’inquiétante sur un phénomène émergent en Europe.

Compétitivité, marketing ou retour sur investissement sont des termes qui circulent désormais dans les couloirs feutrés des grandes universités. De Shanghai à New York en passant par Paris et Berlin, la transmission des connaissances devient une marchandise, dans le sillage de « l’économie du savoir », une doctrine érigée à la fin des années 1990 par les instances financières internationales – OCDE et Banque mondiale en tête. L’enseignement supérieur, reconnu comme un moteur de productivité et de croissance économique, doit se mettre au service du développement des pays. Victimes de ce nouveau système, les étudiants sont contraints d’investir pour apprendre. Ils s’acquittent de frais d’inscription de plus en plus élevés, et s’appauvrissent avant même d’entrer dans la vie active. Aux États-Unis, la dette étudiante a dépassé le coût du logement et de la santé, menaçant l’économie nationale. Les jeunes Européens suivront-ils la même voie ? Si certains pays d’Europe du Nord résistent à cette commercialisation du savoir, considérant l’éducation comme un acquis social, d’autres s’inspirent de plus en plus du modèle anglo-saxon. En France, les établissements les plus prestigieux, comme Sciences-Po et Paris-Dauphine, se sont déjà engagés sur le chemin du payant.

À bout de souffle

Étayé par des chiffres effarants, ce documentaire fouillé dresse un état des lieux de la mutation des universités du monde entier. Des États-Unis jusqu’à la Chine, nouvel eldorado de l’enseignement supérieur mondial, le réalisateur pointe les dérives de la marchandisation du savoir en partant à la rencontre d’étudiants étouffés par leurs crédits et terrifiés par l’avenir.

Romain Avouac

Cursus

Coordonnées

  • romain.avouac@ens-cachan.fr

Recherche

Dans le cadre de ma 2ème année au département d’économie-gestion de l’ENS Cachan, je réalise actuellement un mémoire d’initiation à la recherche en économie de l’éducation sous la supervision d’Hugo Harari-Kermadec. A partir de la base exhaustive des inscriptions universitaires en France, j’étudie dans quelle mesure on observe une polarisation du système universitaire français en termes de caractéristiques (origine sociale, série du bac, etc.) des différents publics qui fréquentent ces établissements.

Une allocation universelle d’autonomie pour les étudiants

Tribune de David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin, Libération, le 11 avril 2017.

Combiner l’allocation d’autonomie pour les étudiants proposée par Jean-Luc Mélenchon et l’introduction progressive du revenu universel de Benoît Hamon permettrait d’obtenir enfin un accès égalitaire à l’enseignement supérieur.

Le «revenu universel» fait de plus en plus débat chez les économistes, il apparaît même comme l’une des mesures phares du candidat socialiste. Parallèlement, le candidat de la France insoumise promet aux étudiants, une «allocation d’autonomie d’un montant de 800 euros par mois pour les jeunes de 18 à 25 ans, d’une durée de trois ans, sous réserve d’une formation qualifiante et sous condition de ressources». Cette allocation serait assortie de la gratuité des études. Dans ce débat, les deux candidats ont de nombreuses proximités dans les objectifs (et pour partie dans les moyens)[…]

Alors que des mouvements populaires (pétitions, apéro citoyens…) appellent encore à la convergence des deux principaux candidats de gauche partout en France (1maispas3.org), une proposition pourrait rencontrer l’adhésion de ces candidats : celle de la création d’une «allocation universelle d’autonomie» (AUA) pour les étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur, prolongeant – avec plus d’ambition – celle proposée par Jean-Luc Mélenchon et compatible avec la perspective de Benoît Hamon d’une introduction graduelle du revenu universel.

Une telle mesure serait enthousiasmante pour toute la gauche : porteuse d’un accès plus égalitaire à l’éducation, elle constituerait une occasion de répondre à une revendication ancienne et légitime des syndicats étudiants. […]

Nous avons étudié la faisabilité d’un financement à hauteur de 600 euros par mois pour les étudiants logés par leur famille et de 1 000 euros par mois pour les autres : la branche famille de la sécurité sociale pourrait absorber une telle dépense avec trois points de cotisation supplémentaires. Parallèlement, nous soulignons un impératif de cohérence : celui consistant à supprimer tous les frais d’inscription qui se sont insidieusement développés dans l’enseignement supérieur public. Il ne s’agirait évidemment pas pour les établissements de reprendre d’une main l’allocation que les étudiants auraient reçue d’une autre !

Ne nous y trompons pas : cela représenterait une dépense importante et constituerait, à bien des égards, un véritable choix de société. Des garde-fous seraient évidemment à mettre en œuvre pour se préserver d’abus éventuels. Mais n’a-t-on pas réussi de bien plus impressionnantes réformes en créant la sécurité sociale au sortir de la guerre, avec, en proportion, tellement moins de moyens ! Candidats de gauche, que vous soyez pour ou contre le revenu universel, ouvrez des nouveaux droits pour la jeunesse ! Donnez envie à cette jeunesse de se mobiliser !

Les pratiques d’enseignement des enseignants-chercheurs à l’université. Intrication des tâches et variations disciplinaires

Séminaire ACIDES du 27 mars 2017, Emilie Saunier (ELLIADD, Université de Franche-Comté) et Mathias Millet (CITERES, Université de Tours)

Pour une allocation d’autonomie universelle pour les étudiants

Tribune pour Slate, Présidentielle 2017 – 100 propositions de la recherche, le 19 mars 2017, par L. Moulin, D. Flacher et H. Harari-Kermadec.

Augmenter les frais d’inscription aux universités ? Le débat est bien mal posé. Cette idée, proposée par plusieurs candidats à l’élection présidentielle, n’est pas une solution optimale. Tandis qu’une allocation d’autonomie pour les étudiants pourrait être bien plus juste et efficiente.

  • L’allocation individuelle peut être financée par des prélèvements obligatoires, progressifs pour être justes.
  • L’allocation d’autonomie doit donc bénéficier à tous les étudiants, quelque soit leur milieu social d’origine, et être financée par tous.
  • Une allocation universelle d’autonomie de 600 euros par mois (pour les étudiants logés dans leur famille) et de 1000 euros par mois (pour les autres) pourrait être financée par une cotisation patronale supplémentaire de 3,1 points sur la branche «famille».

Lire la proposition complète sur Slate.fr

 

Les évolutions récentes de l’enseignement supérieur japonais

Séminaire ACIDES du 20 mars 2017, Stéphane Heim (Kyoto University)

En juin 2015, le Ministère Japonais de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie (MEXT) diffuse une note publique dans laquelle il est stipulé que certaines « abolitions » de Facultés de Sciences Humaines et Sociales (SHS), prises aux sens très large, sont à envisager dans les établissements publics. Cette note a créé un emballement médiatique quant à la contribution de ces disciplines à l’effort économique national. Cette communication vise à se demander s’il y a véritablement un problème SHS au Japon, ou si cela ne cache pas d’autres dysfonctionnements structurels propres à l’enseignement supérieur japonais ? Nous verrons, en nous penchant sur l’histoire de l’enseignement supérieur japonais depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, que plusieurs politiques tantôt néolibérales, tantôt à visée de centralisation bureaucratique, ont créé les soubassements de problèmes structurels avec plus de 800 établissements d’enseignement supérieur pour des effectifs étudiants comparables à ceux en France, et qui dépassent de loin la seule question des SHS dans les universités nationales. Plus important, nous analyserons le contexte politique d’un ensemble de mesures prises depuis les années 2000 et leur impact sur la gouvernance des universités nationales.

Document :

La contribution des économistes domestiques à l’économie de la famille et de la consommation, 1912-1929

Séminaire ACIDES du 20 mars 2017, Agnès Le Tollec (STEF, ENS Paris-Saclay)

Doctorante au laboratoire STEF de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan sous la direction de Ph. Fontaine.

Séances 2016-2017

Séminaire déjeuner, le lundi de 12h45 à 14h30, ENS Cachan

Classements, concurrence et marchandisation universitaires

Conférence transversale de l’ENS Paris Saclay (90 min) le 17 janvier 2017.

Le classement de Shanghai émerge au milieu des années 2000, dans un contexte d’explosion des migrations
étudiantes et de hausse des frais d’inscription. Les classements, avec d’autres outils d’évaluation, participent à définir une nouvelle concurrence entre établissements, où les logiques économiques prennent de plus en plus de place.

Le travail des universitaires est transformé par ces évolutions. Quel(s) futur(s) pour les docteur-es dans l’économie de la connaissance : entrepreneurs innovants ou salarié-es précaires ?

Course aux diplômes : qui sont les perdants ?

ouvrage de Séverine Chauvel, Textuel, octobre 2016

Que valent les diplômes quand explosent les effectifs des diplômés ?

Il va aujourd’hui de soi que les plus diplômés sont les mieux protégés contre le chômage. Les politiques d’éducation ont de leur côté favorisé une augmentation spectaculaire du nombre des bacheliers et des étudiants.
Cet ouvrage analyse les impensés et les effets paradoxaux de ces investissements scolaires : que valent les titres scolaires quand explosent les effectifs des diplômés ? Quelles sont les nouvelles concurrences entre établissements scolaires et universitaires ? Comment les discriminations impactent-elles la valeur des diplômes ? L’école ne doit-elle que préparer à l’entrée sur le monde du travail ?

Remise du prix Edgard Milhaud 2016 du CIRIEC à Léonard Moulin

Le CIRIEC, Centre International de Recherches et d’Information sur l’Economie Publique, Sociale et Coopérative attribue le prix Edgard Milhaud 2016 à Léonard Moulin pour sa thèse intitulée Frais d’inscription dans l’enseignement supérieur : enjeux, limites et perspectives

La question que sa thèse soulève est fondamentale dans la mesure où elle pose la question théorique de l’efficacité relative d’un système fondé sur le marché, d’une part, et d’un système socialisé reposant sur la solidarité intergénérationnelle et le service public, d’autre part. Elle est fondamentale d’un point de vue politique car elle renvoie à deux conceptions différentes de l’éducation : l’une comme source de profits futurs et l’autre comme bien collectif.

 

 

Enseignement supérieur : quelle alternative à la flambée des frais d’inscription ?

Tribune collective d’ACIDES sur Médiapart, le 11 juillet 2016.

Le 6 juillet dernier, la ministre de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé un gel des frais d’inscription à la rentrée 2016, qui se maintiendraient à 184 € par an en licence et 256 € en master. Pourtant, en France, on observe une flambée de ces frais dans de nombreux établissements d’enseignement supérieur. Soucieuse de raviver le mythe d’une Université ouverte à tou·te·s, la ministre ne parle que du tarif national, passant ainsi sous silence la croissance des exceptions à ce tarif, que l’organisation de l’enseignement supérieur rend possible, quand elle ne l’encourage pas.

A l’Université Paris-Dauphine, pionnière en la matière, les frais d’inscription en Master peuvent s’élever jusqu’à 6 050 € et c’est désormais au tour des frais d’inscription en licence de sortir de la tarification nationale. Elles coûteront à la rentrée 2016-2017 jusqu’à 2 200 € l’année. Dans les universités, les « masters internationaux » ont le droit de déroger à la tarification nationale. Dans la toute nouvelle Université Paris-Saclay, regroupant les établissements du Sud parisien dans le but de gagner le haut du classement de Shanghai, les formations de niveau master peuvent ainsi être facturées entre 6 000 et 8 000 euros.

Lire la suite sur Médiapart (accès gratuit)