Les évolutions récentes de l’enseignement supérieur japonais

Séminaire ACIDES du 20 mars 2017, Stéphane Heim (Kyoto University)

En juin 2015, le Ministère Japonais de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie (MEXT) diffuse une note publique dans laquelle il est stipulé que certaines « abolitions » de Facultés de Sciences Humaines et Sociales (SHS), prises aux sens très large, sont à envisager dans les établissements publics. Cette note a créé un emballement médiatique quant à la contribution de ces disciplines à l’effort économique national. Cette communication vise à se demander s’il y a véritablement un problème SHS au Japon, ou si cela ne cache pas d’autres dysfonctionnements structurels propres à l’enseignement supérieur japonais ? Nous verrons, en nous penchant sur l’histoire de l’enseignement supérieur japonais depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, que plusieurs politiques tantôt néolibérales, tantôt à visée de centralisation bureaucratique, ont créé les soubassements de problèmes structurels avec plus de 800 établissements d’enseignement supérieur pour des effectifs étudiants comparables à ceux en France, et qui dépassent de loin la seule question des SHS dans les universités nationales. Plus important, nous analyserons le contexte politique d’un ensemble de mesures prises depuis les années 2000 et leur impact sur la gouvernance des universités nationales.

Document :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *