Enseignement supérieur : quelle alternative à la flambée des frais d’inscription ?

Tribune collective d’ACIDES sur Médiapart, le 11 juillet 2016.

Le 6 juillet dernier, la ministre de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé un gel des frais d’inscription à la rentrée 2016, qui se maintiendraient à 184 € par an en licence et 256 € en master. Pourtant, en France, on observe une flambée de ces frais dans de nombreux établissements d’enseignement supérieur. Soucieuse de raviver le mythe d’une Université ouverte à tou·te·s, la ministre ne parle que du tarif national, passant ainsi sous silence la croissance des exceptions à ce tarif, que l’organisation de l’enseignement supérieur rend possible, quand elle ne l’encourage pas.

A l’Université Paris-Dauphine, pionnière en la matière, les frais d’inscription en Master peuvent s’élever jusqu’à 6 050 € et c’est désormais au tour des frais d’inscription en licence de sortir de la tarification nationale. Elles coûteront à la rentrée 2016-2017 jusqu’à 2 200 € l’année. Dans les universités, les « masters internationaux » ont le droit de déroger à la tarification nationale. Dans la toute nouvelle Université Paris-Saclay, regroupant les établissements du Sud parisien dans le but de gagner le haut du classement de Shanghai, les formations de niveau master peuvent ainsi être facturées entre 6 000 et 8 000 euros.

Lire la suite sur Médiapart (accès gratuit)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *