L’école est-elle encore une priorité ? par les économistes atterrés

Conférence-débat Jeudi 16 octobre 2014 de 20h15 à 22h00

Amphi Bachelard, 17 rue de la Sorbonne, Paris 5°.

  • Philippe Lemistre, économiste, Ingénieur de recherche au CEREQ, « Le déclassement des jeunes : mythe ou réalité ? »
  • Danièle Trancart, chercheure au Centre d’études de l’emploi, Maître de conférences à l’Université de Rouen, « Quel impact des ségrégations socio-spatiales sur la réussite scolaire ? »
  • Ugo Palheta, sociologue, Maître de conférences à l’Université de Lille 3, « Idéologie méritocratique et politique éducative »

Le débat sera animé par : Sabina Issehnane, membre du CA des Économistes atterrés, Maître de conférences à l’Université Rennes 2 & Léonard Moulin, membre du CA des Économistes atterrés, docteur en économie.

On peut légitimement se demander si l’école est encore une priorité alors que notre système éducatif souffre de nombreux maux. L’école reste profondément inégalitaire, mais d’autres idées reçues ont la vie dure : de trop faibles performances internationales, trop éloignée de l’emploi, trop de diplômés,… L’enquête PISA met la France à la 25ème position en matière de performances scolaires. Mais quelle valeur accorder à ce résultat ? Notre système éducatif doit-il être complètement réformé ? Najat Vallaud-Belkacem, nouvellement nommée au poste de Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, vient de présenter ses priorités pour l’école. Deux de ses objectifs sont d’améliorer les relations école-entreprise et l’orientation. Mais ces mesures sont-elles vraiment capables d’améliorer notre système éducatif ? Cette conférence vise à mettre en évidence les grands enjeux de notre système éducatif à travers trois aspects. Une première intervention portera sur les inégalités territoriales, en analysant l’impact des ségrégations socio-spatiales sur la réussite scolaire. Une seconde intervention s’intéressera à l’idéologie méritocratique, et en particulier aux conséquences de cette emprise sur les nouvelles politiques publiques d’éducation. Enfin, une troisième intervention questionnera la notion de déclassement, alors que le chômage de masse conduit aujourd’hui certains jeunes diplômés à accepter des emplois faiblement qualifiés et rémunérés.

D’ici là, retrouvez les analyses et positions des « atterrés » sur le sujet dans les chroniques et articles de notre site http://atterres.org


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *